Quand Facebook prédit l’évolution de nos relations amoureuses

partager sur:

amourfacebook-700x352Un algorithme a été mis au point pour Facebook afin de prédire l’évolution de nos relations amoureuses, notamment le risque d’une rupture avec notre moitié.

Le plus gros réseau social de la toile compile une part importante de notre vie relationnelle, des données sur lesquelles se sont penchés Jon Kleinberg, chercheur à l’université Cornell et Lars Backstrom, ingénieur chez Facebook. Ils ont analysé les graphes qui permettent d’offrir une interprétation de nos données et des relations que nous entretenons et semblent être parvenus à mettre au point un algorithme qui permet d’anticiper une séparation. Le document déjà publié en ligne sera présenté lors d’une conférence sur l’informatique sociale en février prochain.

Pour y parvenir, les deux hommes ont sélectionné 1,3 million d’utilisateurs Facebook, choisis au hasard parmi tous les utilisateurs qui ont au moins 20 ans, qui disposent de 50 à 2000 amis et qui ont indiqué la personne avec qui elles sont en couple dans leur profil. Cela fait un grand nombre de connexions sociales à analyser, environ 379 millions de noeuds et 8,6 milliards liens. Les données ont été utilisées de façon anonyme.

28bits-lohr-tmagArticle-v2Ils ont ensuite utilisé le taux de dispersion qui relie nos deux amoureux. Ce critère analyse les amis en commun mais également les liens entre les amis des amis communs. Une haute dispersion se produit lorsque les amis (et les amis des amis) communs sont peu reliés les uns aux autres et inversement pour le faible taux de dispersion. Les utilisateurs ont été suivis tous les deux mois pendant deux ans.

Les résultats ont montré que lorsqu’une relation est en difficulté, un couple avec faible taux de dispersion à 50% de chance en plus de se séparer qu’un couple avec fort taux de dispersion. Un couple avec un cercle d’amis radicalement différent aurait donc plus de chances de tenir sur le long terme. Reste à savoir ce que Jon et Lars vont faire de ce nouvel algorithme.

> Accès au document de l’étude

Source : The New York Times

http://citizenpost.fr/quand-facebook-predit-levolution-de-nos-relations-amoureuses/#sthash.xabPBIVd.dpuf

4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
raimanet
8 novembre 2013 9 h 28 min
A reblogué ceci sur raimanet and commented:
Ma petite girouette
Rien qu’un brin de vent
Te fait tourner la tête.
Ma petite girouette
N’as-tu dans la tête
Que du vent?
Tourne, tourne girouette
Les soirs de gros temps,
Les soirs de tempête,
Où les braises d’amourette
Retrouvent leurs flammes
Sous l’ardeur du vent.

Lire la suite: http://www.greatsong.net/PAROLES-GEORGES-CHELON,GIROUETTE,104402087.html
===
données, facebook, Jon Kleinberg, Lars Backstrom, relations amoureuses, utilisateurs

Pufcorn/uɹoɔɟnd
8 novembre 2013 15 h 47 min
Bah, ils devraient prédire le fléau de la pédophilie tant qu’à vouloir aider……….
malcolm
malcolm
8 novembre 2013 22 h 40 min
Répondre à  Pufcorn/uɹoɔɟnd
Bien dit ça.Autant que le fric englouti par cette ètude à la noix serve à un truc utile